Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles. Plus d’informations

 
×
Buscar
Mes preferes 0
El Borge
Partager
Information
Visites recommandées
Comment arriver
Plus d’informations
Histoire
Gastronomie
  • Entouré de vignobles et de fermes traditionnelles, voici El Borge, capitale incontestée du raisin sec. Située entre la région de l’Axarquía et les Montes de Málaga, cette localité s’enracine dans un paysage rural que le temps n’a pas altéré.

    D’origine arabe, les murs blanchis à la chaux du village offrent un contraste coloré avec les vives couleurs des fleurs qui ornent fenêtres et balcons. En outre, c’est l’endroit idéal pour connaître les récits et les légendes des bandoleros, les bandits de grand chemin.

    PERSONNE NE S’ÉGARE DANS EL BORGE

    MONUMENTS

    Marquant l’entrée de El Borge en hommage au produit phare, se dresse l’Arc du Raisin sec, orné de deux fresques dédiées au célèbre théologue Martín Vázquez Ciruela et au médecin et botaniste arabe Ibn-Baitar.

    Cette localité de l’Axarquía est le berceau de l’un des malfaiteurs les plus célèbres du XIXème siècle, « Le Loucheur de El Borge », dont la maison est aujourd’hui un hôtel-musée. Dans l’Auberge du Bandit, on peut admirer une curieuse série d’objets appartenant au banditisme andalou, mais on peut également y déguster les recettes typiques de la gastronomie régionale.

    Le tracé urbain si particulier du Quartier du Rinconcillo rend sa visite incontournable, car il reflète l’ingéniosité de l’architecture populaire, qui a su trouver des solutions efficaces afin de s’adapter aux irrégularités du terrain montagneux du village. Sur les pentes abruptes de ses ruelles, dont certaines sont pourvues d’escaliers, se dressent les maisons blanchies à la chaux et rehaussées par les couleurs vives des géraniums et des géraniums lierre.

    Dans El Borge se trouve l’un des édifices religieux les plus originaux de l’Axarquía : l’église de Notre Dame du Rosaire. Érigée au XVIème siècle, elle offre une combinaison de styles gothique tardif et de la Renaissance, mêlés à des éléments mudéjares et baroques. Ce temple, déclaré Monument du Patrimoine Historique Andalou, possède des niches du XVIIIème siècle, un coffrage en bois et une tour garnie de céramique vernissée.

    En parcourant les ruelles, vous découvrirez une fontaine d’origine arabe, la fontaine de la Corne, et la fontaine des Vendanges, dont les eaux proviennent de la source de la Fuensanta. Située à proximité d’un pressoir, cette dernière possède une sculpture de vendangeur.

     

  • Le chemin le plus rapide est de prendre l’autoroute A7 et de poursuivre par les routes MA-3200, MA-3119, MA-3114 et MA-3109 jusqu’à la rue Carril, à El Borge. Pour la route la plus courte, il faut emprunter la N340 et poursuivre par les routes MA24, A7, MA-3200, MA-3119, MA-3114 et MA-3109. Les 2 itinéraires sont d’environ 35 km et d’une durée d’environ 50 minutes. En bus, la ligne Malaga – El Borge passe deux fois par jour de lundi à vendredi, pour un voyage d’1 h 25.

  • RESSOURCES NATURELLES

    Des collines ravinées où abonde la vigne dominent le paysage sauvage de El Borge, qui est le principal producteur de raisins secs d’Espagne. D’ailleurs, la culture du raisin muscat occupe pratiquement la moitié de son territoire, abondamment peuplé de cépages centenaires et de fermes traditionnelles, et qui fait partie de la Route du Raisin sec de l’Axarquía.

    El Borge possède également un chemin de randonnée qui remonte jusqu’à la colline del Ejido, et son Parc Ornithologique et Botanique nommé La Alcua réunit la plus grande variété de faune et de flore de la région.

    FÊTES POPULAIRES

    Le troisième dimanche de septembre donne lieu au principal évènement célébré dans le village : la Fête du Raisin sec, déclarée d’Intérêt Touristique de la Province de Malaga. C’est le prétexte idéal pour goûter ce produit AOC et pour en connaître le processus d’élaboration, mais on pourra également savourer les plats typiques du terroir, au rythme des traditionnels pandas de verdiales.

    Autre rendez-vous incontournable du village : les fêtes patronales dédiées à Saint Gabriel, qui se déroulent pendant les trois derniers jours de la Semaine Sainte. Le recueillement et la solennité des processions font alors place à la joie et l’allégresse des festivités.

    En février, le populaire Carnaval bat son plein, en avril El Borge célèbre la Fête de Saint Marc, en mai se déroule le Pèlerinage de Saint Isidore, tandis que juin s’illumine avec la Nuit des Chandelles de la Saint Jean.

    GASTRONOMIE

    Si le raisin sec est le roi de la gastronomie locale, il n’en demeure pas moins que le vin moscatel (un extraordinaire vin doux) occupe une place de choix. Dans les recettes traditionnelles, on retrouve le célèbre ajoblanco (soupe froide à l’ail et aux amandes avec du pain, de l’huile et des raisins), le gazpacho avec des fèves et du concombre (il existe deux versions, l’une plus amère et l’autre plus traditionnelle de la célèbre soupe froide à la tomate) et l’hornazo (un pain délicieux dans lequel on ajoute un œuf cuit), qui est un classique des fêtes de Saint Marc.

     

  • Histoire

    El Borge est un village d’origine arabe qui faisait partie des Cuatro Villas, avec Almáchar, Cútar et Moclinejo, sous la protection de Comares. Son nom dérive du terme Al Burch, qui veut dire « tour » ou « bastion ». La ville est historiquement connue pour avoir été un important centre de la résistance musulmane lors du soulèvement maure au XVIème siècle. Après la conquête de la région de l’Axarquía par les troupes des Rois Catholiques, de nombreux habitants de El Borge aidèrent les rebelles à s’enfuir vers les Alpujarras grenadines. Certains se posèrent en gardiens de la rébellion.

    Une garnison chrétienne envoyée sur ordre du corregidor de Vélez Málaga, Arévalo de Zuarzo, mit fin à la révolte et les Maures furent expulsés de la région. Le village fut repeuplé avec des personnes en provenance de différents points de la péninsule, certaines même de Bilbao, Asturies et Ségovie.

    Vers la moitié du XVIIème siècle, la localité subit les effets dévastateurs d’une épidémie de la peste. Lorsque, au dernier tiers du XIXème siècle, El Borge recensait la plus grande densité de population, l’apparition du phylloxéra et le tremblement de terre enregistré en 1884 freinèrent à nouveau la croissance de la commune.

    L’histoire de El Borge a été liée depuis longtemps à la culture du raisin muscat et à l’élaboration du raisin sec, jusqu’à devenir le plus grand producteur d’Espagne de ce produit. Une bonne partie de ses habitants se consacraient à ces tâches qui exigeaient beaucoup de temps. Les vendangeurs parcouraient souvent de longues distances pour transporter les raisins des vignes jusqu’aux séchoirs. Ils utilisaient des corbeilles qu’ils portaient sur leurs têtes et parcouraient des chemins parfois accidentés.

     

    « El Bizco de El Borge »

    Luis Muñoz García naquit en 1837 dans le sein d’une humble famille d’agriculteurs. Surnommé « El Bizco de El Borge », ce fut l’un des brigands les plus connus de l’époque. Les méfaits qu’il accomplit lors de sa cavale tenaient en échec la Garde Civile. Ses péripéties firent couler beaucoup d’encre. Certains le décrirent comme un être cruel et impitoyable. Dans d’autres histoires, il apparait comme un personnage justicier et généreux. « El Bizco de El Borge » mourut en 1889 à Lucena. Il fut empoisonné puis abattu par la Garde Civile. Son nom occupe une place de choix dans le brigandage andalou.

     

    Légendes

    Une légende raconte que les habitants d’un village voisin de El Borge voulaient dérober l’image du patron de la ville, San Gabriel. Or, un étrange fait frustra leur tentative. Lorsque les hommes tentaient de s’éloigner du temple, la taille de la sculpture augmentait, ce qui empêchait son transport.

    Une autre histoire populaire évoque le nom du mont Santo Pitar, qui jouxte la commune de El Borge. Un saint musulman qui vivait en son sommet appelait à l’oraison en faisant sonner une conque. En l’entendant, les gens disaient : « El santo pita », le saint sonne. La version des historiens est que le nom du mont provient de Sanctu Petru, qui dériva à Sant Bitar.

     

  • Les raisins sont les rois de la gastronomie d’El Borge et le vin de muscat en est le prince. Il accompagne à la perfection des plats comme l’ajoblanco, le gazpacho au concombre et à la tomate, le gazpachuelo, la soupe à la tomate, les tortillitas à la morue et à la mélasse, le chevreau à l’ail et le poulet façon alborgeña. Le menu idéal se termine par un hornazo, une friandise classique que l’on déguste pendant les fêtes de San Marcos.


Plus d’informations

Caractéristiques

  • Habitants (1 001-2 500)
  • Zone à l'intérieur des terres

Carte et indications

Continuez votre expérience sur la Costa del Sol